Accueil >
>
>
La stérilisation chimique du Furet
Bien soigner mon animal
Conseils

>La stérilisation chimique du Furet

Stériliser son furet permet principalement de contrôler la reproduction, de diminuer l’odeur corporelle, de prévenir les pathologies de la reproduction, les comportements agressifs et les anémies (diminution de la production de globule rouge) suites à l’hyperoestrogénisme. Si la stérilisation réalisée par une chirurgie et la plus courante, il existe aujourd’hui une alternative plus intéressante : la stérilisation chimique au moyen d’un implant d’hormone.

Deux furrets dans la nature
La stérilisation du furet

Stériliser la femelle furet

Pourquoi stériliser une femelle furet

La furette est capable de se reproduire dès ses premières chaleurs vers l’âge de 6 mois environ. Les chaleurs sont très longues, souvent plusieurs mois et c’est l’accouplement qui déclenche l’ovulation donc la fin des chaleurs. Il ne faut pas laisser une furette en chaleur plus d’un mois sinon elle s’expose à une dérégulation hormonale appelée hyoperoestrogénisme qui entraine une anémie (diminue la production de globule rouge) et peut entrainer la mort de la furette. La stérilisation est donc obligatoire pour celles-ci lorsqu’elles ne sont pas mis à la reproduction. Les chaleurs se manifestent par un gonflement de la vulve, des écoulements vulvaires discrets, de l’agressivité, une diminution du temps de sommeil et de l’appétit. La stérilisation chirurgicale est réalisée par une ovariohystérectomie (les ovaires et l’utérus sont retirés). L’exérèse de l’utérus est obligatoire. En effet, lors de la maladie surrénalienne, les cornes utérines laissées en place s’imprègnent des hormones sécrétées par les glandes surrénaliennes ce qui peut entraîner une infection de l’utérus (pyomètre). Des tumeurs peuvent également se développer sur les cornes utérines.

La stérilisation, mode d'emploi

Le jour de la chirurgie, il est important de retirer la boisson et la nourriture 3-4 heures avant la chirurgie afin d’éviter les risques de vomissement durant l’anesthésie et de fausse déglutition. Il ne faut surtout pas retirer la nourriture la veille au soir car les furets ont des besoins énergétiques plus importants que les chiens ou les chats et une diète de 12 heures entraine une hypoglycémie sévère. La technique chirurgicale se rapproche de celle utilisée pour la chatte avec certaines particularités. La furette est anesthésiée et reçoit un traitement anti douleur (analgésie). Elle est ensuite tondue sur le ventre afin de pouvoir nettoyer puis désinfecter la peau pour pouvoir réaliser l’opération dans des conditions stériles. L’abdomen est alors ouvert en utilisant une lame de bistouri. Les ovaires ainsi que l’utérus sont enlevés après avoir ligaturé les vaisseaux sanguins. La cavité abdominale puis la peau sont refermés avec du fil de suture en utilisant des fils qui vont disparaitre d’eux même (fils résorbables).

Un suivi nécessaire après la stérilisation

Bien souvent, aucun pansement n’est appliqué sur la plaie car les furettes ne les tolèrent pas très bien et elles ne touchent pas à leurs fils. Au réveil de la chirurgie, la furette est placée sous surveillance dans une cage chaude. Une fois qu’elle est totalement réveillée, elle reçoit à manger et à boire. Si les animaux ayant subit une stérilisation sont généralement rendus au propriétaire dans la journée, ceux-ci peuvent de temps en temps être un peu plus long à se réveiller, et nécessiter de rester hospitalisé une nuit de plus pour s’assurer qu’elles ont bien récupéré de leur anesthésie.
Afin de préparer le retour de votre animal à la maison, il convient de retirer la litière et de remplacer celle-ci pendant 10 jours par du papier journal ou du papier absorbant (type sopalin) afin d’éviter les dépôts de poussière sur la plaie. La litière et la cage doivent être conservées le plus propre possible afin que la plaie chirurgicale ne s’infecte pas. Il est aussi important d’enlever les étages et les jeux en hauteur de la cage afin de limiter les tensions sur la cicatrice qui ont lieu lorsque la furette joue. De retour à la maison, la furette est placée dans sa cage au calme avec à manger et à boire.
Les furets récupèrent souvent très vite de leur anesthésie et retrouve un comportement normal dès le lendemain de la chirurgie. Il faut cependant éviter de jouer avec eux et de les laisser gambader en liberté car les tensions sur la cicatrice entrainent douleur, retard de cicatrisation, et dans le pire des cas, des fils qui lâchent.
Après l’opération, les furettes reçoivent des antidouleurs (analgésiques) pendant 5 à 7 jours en fonction de leur sensibilité à la douleur. Des antibiotiques peuvent être prescrits, mais ils ne sont pas obligatoires si l’animal est maintenu à la maison dans un environnement propre. Il est important de bien se présenter au rendez-vous de contrôle qui sera donné 5 à 10 jours après la chirurgie afin que le vétérinaire puisse s’assuré que la plaie cicatrise normalement, et qu’aucun signe de complication n’est présent. La furette peut retrouver son activité normale au bout de 10 jours.

 

Stériliser le mâle furet

Le furet mâle est sexuellement mature entre 6 et 8 mois. C’est à ce moment qu’il peut être castré. La principale indication de la castration est l’odeur musquée intense que produisent les mâles. Cette odeur de tous les jours est due aux hormones sexuels mâle et non pas aux glandes anales. Un arrêté de la Communauté Européenne interdit d’ailleurs le retrait des glandes annales qui est considéré comme une mutilation animale.
Le jour de la chirurgie, comme pour la femelle, la nourriture et l’eau sont retirée 3-4 heures avant l’intervention. Le furet est anesthésié et reçoit un traitement antidouleur. Le scrotum (peau qui entoure les testicules) est rasé et désinfecté. A l’aide d’une lame de bistouri, le scrotum est ouvert, et le testicule retiré. Un ou deux points de suture résorbables (qui vont disparaitre d’eux-mêmes) sont placés pour refermer le scrotum. La même technique est appliquée pour le deuxième testicule. Aucun pansement n’est utilisé. Le furet est alors réveillé et placé dans une cage au chaud sous surveillance. Dès qu’il est entièrement réveillé, il reçoit à manger et à boire. L’anesthésie ne durant pas très longtemps, le furet peut rentrer à la maison le soir même.
De retour à la maison, les mêmes précautions que pour la furette sont à prendre (remplacer la litière par du papier journal, enlever les étages et les jeux, laisser au repos). L’intervention chirurgicale étant moins douloureuse que pour la femelle, le male reçoit des antidouleurs pendant 3-5 jours. Un rendez-vous postopératoire permet au vétérinaire de vérifier que la plaie cicatrice bien et qu’il n’y a pas de signes d’infection de la plaie. Le furet peut retrouver son activité normale au bout d’une semaine.

 

La stérilisation chimique, une méthode de substitution efficace

Si la stérilisation chirurgicale a de nombreux avantages (diminution de l’odeur, de l’agressivité…) celle-ci possède un désavantage majeur : elle est la cause du développement de la maladie surrénalienne. Cette maladie est un cancer qui apparait fréquemment, uniquement chez les furets (mâles et femelles) stérilisés chirurgicalement suite à un dérèglement hormonal produit par le retrait des organes reproducteurs. Le traitement de cette maladie est compliqué, couteux et le dénouement n’est pas toujours heureux. Depuis maintenant 5 ans, un implant hormonal est à la disposition des vétérinaires. Cet implant va diffuser de façon continue des hormones qui vont empêcher le cerveau de stimuler les organes sexuels (gonades) et par conséquence rendre l’animal stérile.
Cet implant a été développé pour les chiens mâles, mais il a été testé chez les furets mâles et femelles. Les résultats des ces études montrent que l’implant stérilise bien les furets, qu’il diminue le comportement agressif, et qu’il est plus efficace que la chirurgie pour diminuer l’odeur corporel. De plus, cet implant permet aussi d’empêcher la survenue de la maladie surrénalienne.
Le jour de la pose de l’implant, l’eau et la nourriture sont retirées 3-4 heures avant le rendez-vous. Le furet subit une anesthésie gazeuse flash. L’implant est posé sous la peau à l’aide d’une aiguille de taille adaptée. L’animal est alors réveillé et peut repartir tout de suite chez lui. La procédure ne dure que quelques minutes. L’implant se dissout au fur et à mesure qu’il diffuse l’hormone. Sa durée d’action est d’environ 2 ans à 2,5 ans. Les propriétaires remarquent très bien la fin de l’efficacité de l’implant avec le retour de l’odeur corporelle du furet. Le furet est à ce moment là de nouveau capable de se reproduire. Il suffit alors de répéter la procédure en posant un nouvel implant. Aujourd’hui la pose d’implant est la technique grandement conseillée par les vétérinaires pour stériliser les furets (mâles et femelles). L’implant a pour avantage de diminuer le risque anesthésique (quelques minutes d’anesthésie gazeuse), de prévenir la survenue de la maladie surrénalienne, tout en étant efficace pour diminuer l’odeur corporelle et le comportement d’agressivité. La seule contrainte est qu’il faut reposer l’implant environ tous les 2 ans, mais ceci peut-être réalisé en même temps que les vaccins.

Dr Charly Pignon

Docteur Vétérinaire
Partagez sur nos réseaux sociaux
facebook
twitter
google+
Crédits
https://flic.kr/p/kh6sr4
Article précédent
Article suivant
Les articles le plus lus
Comment nourrir un poisson rouge?
Mon lapin éternue, que dois-je faire?
Est-ce que les poissons se reposent ou dorment?
Mon lapin ne mange plus. Est-ce grave?
Devenez membre
inscription
connexion
la race de la semaine
L'Akita Inu est un chien de grande taille au poil court qui est originaire du Japon. Il fait partie du groupe des Chiens de Type Spitz et de Type Primitif.
voir race

Nos six experts fondateurs wikimalia

Isabelle Pasquet
Isabelle Pasquet

Docteur Vétérinaire

Je suis vétérinaire, depuis maintenant 9 ans, en médecine générale et en mé...

Charly Pignon
Charly Pignon

Docteur Vétérinaire

Je suis Docteur Vétérinaire et chef du service Nouveaux Animaux de Compagnie à l'École Na...

Minh Huynh
Minh Huynh

Docteur Vétérinaire

Sorti de l'école en 2006, j'ai rapidement souhaité me spécialiser dans la médecine des No...

François Hugues
François Hugues

Docteur Vétérinaire

Diplômé en 1977, je crée l'année suivante ma première clinique vétéri...

Monique Bourdin
Monique Bourdin

Docteur Vétérinaire

Après avoir obtenu mon diplôme vétérinaire en 1967, je suis devenue assistante dans le ser...

Anne Le Gorrec Guérit
Anne Le Gorrec Guérit

Educateur canin

Il y a 12 ans j'étais directrice de production dans le secteur des arts graphiques, aujourd'hui j'éduqu...